Vous êtes-vous déjà demandé d’où viennent les tranches de saumon couleur corail du supermarché ? Pas de Suède, mais vous n’étiez pas loin. Le saumon dans votre assiette a le goût de l’eau salée des fjords du nord de la Norvège. Elevé là-bas par les habitants de ces régions reculées, il est intrinsèquement lié à leur quotidien, à leur avenir et à celui de leurs enfants.

Joar Kirkefjord est l’un de ces habitants. « J’ai grandi ici, à Karlsøy, une île isolée de la municipalité de Finnmark, dans le nord de la Norvège. L’entreprise pour laquelle je travaille maintenant est l’un des plus grands producteurs de saumon au monde. Ma famille élève et pêche du poisson depuis des générations. Mais les jeunes quittent la région, ils s’installent dans les villes. Il n’est pas toujours facile de trouver du travail ici, et les hivers sont longs… »

  • « Ma famille élève et pêche du poisson depuis des générations. Mais les jeunes quittent la région, ils s’installent dans les villes. »

À une centaine de kilomètres de là, autant dire « la porte à côté » pour ce pays étendu, le chef Tommy Olsen confirme l’importance du poisson pour la région. « Mes souvenirs les plus chers sont ceux de ma maman qui nous cuisinait de petits gâteaux de poisson au four.  Nous en piquions un avec notre fourchette avant de courir rapidement dehors. Comme beaucoup ici, je viens d’un petit village de pêcheurs ; le poisson ici, c’est la vie. C’est notre travail, nos repas, il est au cœur de la communauté. »

Depuis le bateau sur lequel Joar Kirkefjord vérifie les cages à poissons, il apprécie la vue toujours changeante. « Sans travail, je n’aurais jamais pu revenir ici. Le secteur florissant de la pisciculture en Norvège me donne de l’espoir. Cela signifie que je peux donner à mes enfants la même enfance sûre et heureuse ici que j’ai eu moi-même. Récemment, le gouvernement a menacé de fermer l’école secondaire de Skjervøy, une île voisine », poursuit Joar. « La ferme aquacole a donc ouvert un centre d’accueil dans le bâtiment de l’école, ce qui signifie qu’elle peut rester ouverte. Si les habitants ne nous avaient pas acceptés, nous ne serions nulle part. En investissant dans notre communauté, vivre et travailler ici redevient attrayant. »

  • « Le poisson ici, c’est la vie. C’est notre travail, nos repas, il est au cœur de la communauté. »

Aujourd’hui, la plupart des étudiants de Skjervøy optent pour une formation en gestion des terres, en aquaculture ou en pêche. Dans le centre d’accueil, la ferme est en contact direct avec les habitants des environs.

Les paysages sont à couper le souffle, tout droit sortis d’un guide de voyage scandinave : côte sauvage, villages pittoresques, mer d’un bleu profond. Si nous voulons qu’il en soit ainsi, le secteur aquacole de la région doit atteindre les critères les plus élevés possibles. Le secteur de l’élevage du saumon en Norvège est en pleine expansion afin de protéger les stocks de saumon sauvage en diminution, tout en répondant à la demande internationale en saumon. Lerøy Seafood, l’entreprise pour laquelle travaille Joar Kirkefjord, était donc la première des 556 fermes salmonicoles certifiées ASC en Norvège en 2014. Le certificat Aquaculture Stewardship Council (ASC) fixe des critères environnementaux et sociaux stricts.

Joar Kirkefjord : « Ce n’est qu’en continuant à avancer sur le plan technologique et en élevant le saumon dans le respect de l’environnement et des personnes que nous pouvons construire un avenir ici. Presque toutes les fermes Lerøy dans le nord et le centre de la Norvège sont certifiées ASC. Le label prouve que nous prenons soin de nos saumons et que nous faisons les bons choix. »

  • « Ce n’est qu’en continuant à avancer sur le plan technologique et en élevant le saumon dans le respect de l’environnement et des personnes que nous pouvons construire un avenir ici. »

« Regardez autour de vous », s’amuse Kathrine Robertson, responsable de la ferme, « nous vivons et travaillons dans un décor de carte postale, non ? Sentez-vous l’air ? »

« La pisciculture d’aujourd’hui n’est plus comparable à celle du passé », poursuit-elle. « Nous disposons de techniques avancées pour voir ce qui se passe sous l’eau dans les cages. Nous connaissons exactement la quantité d’aliment que mangent les poissons. Nous surveillons constamment les cages pour éviter les évasions. Nous voyons les saumons passer sur nos écrans 24 heures sur 24. Au bout d’un moment, on attribue même des caractéristiques propres à chaque cage », dit-elle en souriant. « Comme “numéro sept : facile à vivre”, ou “cage deux : légèrement problématique”. »

Si aucune mesure n’est prise, les élevages de saumon peuvent avoir un impact négatif grave sur leur environnement, comme la pollution des fonds marins sous les cages, ou des poissons échappés qui se mélangent aux populations sauvages. La consommation de saumon a fortement augmenté dans le monde au cours des dernières décennies, notamment aux Pays-Bas et en Belgique, où le saumon représente à lui seul un tiers de la consommation totale de poisson frais [1]. Pourtant, moins d’un tiers des Belges savent que le saumon est principalement élevé en Europe. [2]

Le saumon élevé de manière responsable fournit également des protéines animales tout en ayant un impact limité sur l’environnement, et ce de manière beaucoup plus efficace que les animaux terrestres. À titre de comparaison, un kilo de saumon d’élevage représente 6,9 kilos d’émissions de CO2. Un kilo de viande de bœuf ne génère pas moins de 31,3 kilos de CO2. [3]

Joar Kirkefjord : « Je crois que dans le nord de la Norvège, nous élevons le meilleur saumon au monde. Et je mange du poisson. Beaucoup de poisson. L’élevage du saumon nous offre de nouvelles opportunités pour garder notre région prospère. Ce poisson est notre avenir ; mais seulement tant que nous prenons soin de la nature et de nos traditions locales. »

[1] VLAM, 2020 : https://landbouwcijfers.vlaanderen.be/visserij/totale-visserij/consumptie-van-visproducten
[2] ASC, 2020 : https://be.asc-aqua.org/fr/news/latest-news/la-plupart-des-belges-ne-savent-pas-dou-vient-leur-poisson-bien-que-lorigine-locale-soit-jugee-importante/ 
[3] RTL Nieuws : https://www.rtlnieuws.nl/nieuws/nederland/artikel/5233571/lekker-weer-barbecue-duurzaam-mileucentraal

 

Lisez les autres histoires

Élevage de crevettes en Équateur pour protéger de précieuses zones de mangroves

La Zélande : région pionnière en matière d’aquaculture responsable et de pêche durable

Le réchauffement climatique va-t-il chasser le cabillaud de notre assiette ?

Pêcheurs des crevette grises: « Il s’agit de prendre soin de la mer »

×
×
×
Confidental Infomation